100

Pourfendant les airs, la rapière…ou quand à l’impromptu, souvent, la vie est généreuse.

Au pays de l’artisanat d’art, existent les surprises, les cadeaux, les impromptus en forme d’émerveillement qui rendent un tel voyage en ces contrées définitivement enchanteur. A l’heure où terminant ce carnet sentimental, j’œuvre à la cohérence de l’ouvrage, unissant harmonieusement photos et textes, arrive dans mon ciel parisien, pourfendant les airs, la rapière de D’Artagnan le vrai - Charles de Batz de Castelmore – dont je connais bien peu de son histoire, et le faux – D’Artagnan ni plus ni moins - mon tonton de cœur, unis dans un même geste, toujours sublime, vient me défier un matin que je traînais une âme un peu triste dans une présentation des différents artisanats de France. Visant le mot rapière accolé au nom de mon tonton de cœur en vrai, au bas d’un dossier bien touffu sur les richesses du Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, j’interroge derechef la charmante ambassadrice de cette vaste région et déclare tout de go que : Si, si, la rapière de D’Artagnan c’est pour moi, vous comprenez !?! (...)

Légende de la photo argentique : Statue équestre de D’Artagnan à Lupiac. Bronze de Daphné du Barry. Rapière Guy Lanartic.

à retrouver dans Le mouchoir de la duchesse, voyage au coeur de l'artisanat d'art de Bérengère desmettre, préface Noëlle Bittner. Riveneuve éditions.