"J’ai enlevé mes espadrilles et plongé mes pieds nus dans le sable chaud. Ecrire dans le sable. Dessiner dans le sable pour me faire mieux comprendre, parfois. Le sable à l’infini, doux et violent à la fois, lave de toute peine. Il a le même effet salvateur que la mer. Il y a une âpreté, une richesse et une mélancolie dans le désert, proches de celles que l’on doit vivre sur un bateau en pleine mer. Je me suis offert l’immensité et son infinie poésie pour mes 40 ans… Le 25 juin 2011. Je ne vois plus rien de ce que j’écris dans la nuit qui tombe."


"I took off my espadrilles and dove my bare feet into the hot sand. Write in the sand. Draw in the sand to make myself better understood, sometimes. The sand goes on forever, soft and at violent at the same time, clean of all worries. It has the same effect of salvation as the sea. There is a rawness, a richness and a melancholy in the desert, likened to that of those who have to live on a boat in the middle of the sea. I surrender myself to its immensity and its infinite poetry for my 40th birthday… June 25th, 2011. I don’t see anything more than what I write as the night falls. "

ERG CHERBI - MAROC - photo argentique
Carte n°14 in Travel Diaries n°5 série de cartes postales en édition limitée éditées en 2014. Série épuisée.

014-Erg Cherbi