14 novembre 2016

Page d'Herbier de Poche n°32 recto

Page d'Herbier de Poche n°32 recto

12 novembre 2016

"Le mouchoir de la duchesse" au 107Rivoli, le 3 novembre 2016

Un magnifique lancement officiel de mon nouveau livre Le mouchoir de la duchesse, voyage au coeur de l'artisanat d'art à la librairie du 107 Rivoli, le 3 novembre 2016, sous le parrainage de David Cameo directeur du musée des Arts Décoratifs, avec, notamment la présence de nombreux artisans d'art qui sont dans ce livre, Sylvain Le Guen (maître d'art éventailliste), les dentellières du Point d'Alençon, Philippe Giraud (tailleur de pierre), Nicolas Faure (rubans Faure), etc., ainsi que la présence de Noëlle Bittner préfacière du... [Lire la suite]
11 novembre 2016

Rencontre signature à la librairie du 107 Rivoli à Paris

Vous avez été plus de 200 personnes à venir au cocktail de lancement de mon nouveau livre Le mouchoir de la duchesse, voyage au coeur de l'artisanat d'art organisé le 3 novembre par la librairie 107Rivoli du Musée des Arts Décoratifs à Paris et les éditions Riveneuve. Merci, merci pour votre chaleureuse présence! Et un grand merci à Frédéric Durand et à toute l'équipe de la librairie 107Rivoli qui a été merveilleuse d'efficacité et de disponibilité! Photos de l'évènement et scénographie de la vitrine Mélina Faget.   ... [Lire la suite]
09 novembre 2016

RENCONTRER MON OMBRE

Posté par bdesmettre à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 novembre 2016

Le mouchoir de la duchesse, en vitrine au 107Rivoli à Paris

Derniers jours pour aller voir la vitrine consacrée à mon nouveau livre "Le mouchoir de la duchesse, voyage au coeur de l'artisanat d'art" aux éditions Riveneuve, à la librairie 107Rivoli à Paris. Scénographie de Mélina Faget.
03 novembre 2016

C'est aujourd'hui : Rencontre-Signature autour d'un cocktail pour "Le mouchoir de la duchesse"!

La très belle scénographie de Mélina Faget réalisée dans la vitrine de la librairie du 107Rivoli à Paris, à l'occasion du cocktail de lancement de mon nouveau livre : "Le mouchoir de la duchesse, voyage au coeur de l'artisanat d'art" Riveneuve éditions est à découvrir dès ce matin! La pièce maîtresse de cette scénographie étant un éventail réalisé pour l'occasion par Sylvain Le Guen Maître d'Art éventailliste. Le Bd n°3... une feuille de cuir en peau de chevreau teintée orange vif brodée au fil de soie jaune d'or de mon... [Lire la suite]

02 novembre 2016

Un rendez-vous chez mon encadreuse (extrait) in "Le mouchoir de la duchesse"

Un rendez-vous chez mon encadreuse est toujours un moment auquel je réserve un certain temps… Le temps que j’aime accorder à toute œuvre que j’amène chez elle. Le temps que j’accorde à ma rencontre renouvelée avec l’encadreuse. Le temps que j’accorde à moi-même puisque le cadre qui sertira l’œuvre sera disposé dans mon intérieur, et mon intérieur : c’est moi. C’est ce qui me représente d’une façon extrêmement intime. Le dit de mon intimité que j’offre à voir et à vivre à ma famille, mes amis, aux proches, aux connaissances. Quel... [Lire la suite]
01 novembre 2016

Préparation pour la scénographie de la vitrine du 107Rivoli

Recherches et matériels pour la scénographie imaginée par Mélina Faget pour la vitrine de la librairie du 107Rivoli le 3 novembre 2016.
01 novembre 2016

Menuet en dix figures pour une dentellière. Avec grâce et sans affectation. (extrait) in "Le mouchoir de la duchesse"

Un nécessaire de dentellière se compose d’un poinçon, un morceau de parchemin, un fil de coton qui fût de lin du XVIIe au XXème siècle, une aiguille, un crin de cheval, une lame de rasoir et une pince de homard. La dentelle au Point d’Alençon se réalise en dix phases. Premièrement, la dentellière exécute le dessin sur un papier puis sur un calque. Elle épingle ce calque sur un parchemin en peau de chevreau de couleur verte, plus reposant pour l’œil. Puis, elle pique le parchemin avec un poinçon en suivant précisément les contours du... [Lire la suite]
31 octobre 2016

De la différence entre un taxidermiste et un naturaliste (extrait) in "Le mouchoir de la duchesse"

Un taxidermiste, terme didactique qui apparaît en 1872 pour parler de l’empailleur, tente de recréer la vie à travers les différentes postures et expressions de l’animal. L’esthétique et la technique sont des préoccupations fondamentales pour l’artisan et le résultat qu’il essayera d’obtenir le plus proche de la réalité dépend de son talent et de sa sensibilité. Cela peut donc être entendu comme une forme de sculpture animalière. L'activité du taxidermiste s'étend au traitement des pièces osseuses et au travail des peaux dans un but... [Lire la suite]