09 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

Le Scintillant ou le Bd n°1 (extrait) La technique de fabrication d’un éventail n’a pas changé depuis le XVIIIe siècle. La règle fondamentale de l’éventailliste est de trouver l’équilibre entre la monture et la feuille. L’éventail que Sylvain a réalisé pour moi n’a pas dérogé à ce savoir-faire. Sylvain avait le choix de faire une monture en bois dit indigène (poirier, pommier, alisier, merisier etc.) plutôt qu’en bois dit exotique (ébène, palissandre etc.) ou encore en nacre, en écaille, en ivoire, en corne ou en os. Il a préféré,... [Lire la suite]

08 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

La peau de Lisbonne et sa poésie (extrait) (...) L’azulejo est bleu et blanc. Le bel azulejo est bleu et blanc. De mon point de vue. Car l’azulejo peut aussi être polychrome et les réalisations des artistes contemporains, dont je découvre les créations à la fois dans les différentes stations du très beau métro de Lisbonne comme à la galerie Ratton, ces réalisations en sont la preuve, si celles des musées où on l’apprend par siècles, des maisons et des rues de la ville où on le voit sans fin et en abondance, ne suffisaient pas à cela.... [Lire la suite]
07 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

Le Fabuliste (extrait) "Il me regarde avec méfiance, par en dessous comme le fond souvent ces hommes ou ces femmes que je rencontre parce que leur savoir-faire me touche, m’attire, m’interpelle, me fascine, mais qui ont peur de l’étranger qui ne va pas les comprendre. Il me regarde avec méfiance et je vois bien dans ces yeux ce qu’il pense. Qu’est-ce qu’elle nous veut cette parisienne ? Je viens de faire le tour de son entreprise de tourneur sur bois, de fabricant de jouets en bois. Je viens de rencontrer chacun des quatorze employés... [Lire la suite]
06 mai 2018

SENTIMENT N°48

Sentiment n°48 - Un herbier de Sentiments - technique mixte
05 mai 2018

Carnet Le Touquet

La pêche à la crevette - Carnet Le Touquet pour le magazine Art & Décoration Crayon, encre de chine et aquarelle  
04 mai 2018

TRAVEL DIARIES N°5

"Lino vit à Ciudad Bolivar depuis treize années. Il travaillait dans une ferme à la campagne, mais a pris un coup sur la colonne vertébrale lors d’une chute sur un bois glissant. Ne pouvant plus subvenir à ses besoins et ceux de sa femme, il a rejoint son fils à Ciudad Bolivar. Après une chute sur le col du fémur, sa femme, diabétique, est, désormais alitée. Lino s’occupe d’elle. Il a la nostalgie de la vie à la campagne où, même âgé, il y a toujours un petit travail à faire. Ici, il se sent inutile alors qu’il voudrait transmettre... [Lire la suite]

03 mai 2018

TRAVEL DIARIES N°4

En fait, j’ai l’impression qu’il y a toujours autant d’argent au Liban mais encore plus d’inégalités économiques qu’avant 1975, encore plus d’injustices sociales, de déséquilibres entre pauvres et riches et…que la folie religieuse qui habite cette ville depuis tant d’années est aussi toujours là. Le 31 mars 2011 à 21h32. In fact, I have the impression that there is still as much money in Lebanon, but even more economic inequalities than before 1975, even more social injustice, more unbalance between rich and poor and… that the... [Lire la suite]
02 mai 2018

TRAVEL DIARIES N°5

Ciudad Bolivar est un paradoxe : plus on grimpe, plus la misère est grande. La pierre et la tôle ont remplacé les constructions sommaires de bois et de tissus. Les maisons se succèdent collées les unes aux autres, blocs de misère entrecoupés d’échoppes diverses : supérettes, barbiers, coiffeurs, vendeurs de tout et de rien, boulangeries à la Colombienne où l’odeur même du sucre me donne la nausée. Les routes sont un mélange anarchique de terre et de cailloux et sous la pluie, elles dégoulinent de boue. Le 27 avril 2013 à 16h24 dans le... [Lire la suite]
01 mai 2018

TRAVEL DIARIES N°2

A passer ces moments de solitude sur cette pointe de l’île, je commence à ressentir intuitivement pourquoi ce peuple a donné naissance à une mythologie aussi puissante… Cela se sent dans l’air, dans la mer, le vent et la sécheresse de la terre. La mer est magnifique, ici. Somptueusement dense ! Saphir ! Belle, belle ! Le vent est impressionnant. Il y a quelque chose qui inspire le respect dans la Nature ! Cela n’a rien à voir avec l’émotion foudroyante que j’ai ressentie au Botswana, cela a à voir avec la mer, les marins, les... [Lire la suite]
30 avril 2018

TRAVEL DIARIES N°2

J’adore les trains et les cimetières, les secrets, le baroque et les voyages. Le 3 juin 2003 dans la voiture en allant à Koprivstitsa à travers la plaine de Thrace. I love trains and cimeteries, the secrets, baroque and travels. On June 3, 2003 in the car going to Koprivstitsa through the misty plains of Thrace. SUR LA ROUTE 64 - BULGARIE - photo argentique Carte n°14 in Travel Diaries n°2 série de cartes postales en édition limitée, éditée en 2011