03 juillet 2018

Mon glossaire dans "Le mouchoir de la duchesse"

Mon glossaire est riche de 185 définitions allant de acétate (l') à virole (une) en passant par écouannette (une), hygrométrie (l'), mortaise (une), régulateur de vitesse à ailettes (un) ou encore storax (le)... à retrouver dans Le mouchoir de la duchesse, voyage au coeur de l'artisanat d'art de Bérengère desmettre. Très illustré avec notamment un carnet d'adresses, ce guide est un voyage sentimental pour repenser son rapport à l'objet. Préface Noëlle Bittner. Riveneuve Editions.

28 juin 2018

La lettre à l'évêque ou Ma mère, Tintin et George

"(...) Je dois reconnaître que c’est ce que j’ai fait. Un jour, je suis partie et je ne suis plus jamais revenue. Je n’ai pas de chez moi. Je suis en transit. Partout où je suis aujourd’hui, je suis en transit. Je ne sais pas où est chez moi. Cela peut être à Paris, au Musée de la vie romantique où je retrouve avec un bonheur toujours égal ma mère libre et aventureuse. Cela peut être à Lisbonne dans la peau de Lisbonne, quand je suis à Lisbonne parce que j’y respire ce bleu "fino". Cela peut être à Prague en prenant un chocolat chaud... [Lire la suite]
24 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

"Du fonctionnement de la bougie La bougie utilise le fonctionnement de l’auto-alimentation. Lorsque l’on allume une bougie, l’air surchauffé fait fondre la cire tout autour d’elle. Cette cire fondue monte le long de la mèche par capillarité arrivant jusqu’à proximité de la flamme. La cire fondue s’évapore, puis se mélange à l’air et certaines de ses molécules forment un gaz combustible qui, lui aussi, est brûlé par la flamme tout en lui permettant d’être alimentée. La flamme est éteinte quand on souffle suffisamment fort dessus... [Lire la suite]
23 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

"Un rendez-vous chez mon encadreuse (extrait) Un rendez-vous chez mon encadreuse est toujours un moment auquel je réserve un certain temps… Le temps que j’aime accorder à toute œuvre que j’amène chez elle. Le temps que j’accorde à ma rencontre renouvelée avec l’encadreuse. Le temps que j’accorde à moi-même puisque le cadre qui sertira l’œuvre sera disposé dans mon intérieur, et mon intérieur : c’est moi. C’est ce qui me représente d’une façon extrêmement intime. Le dit de mon intimité que j’offre à voir et à vivre à ma famille,... [Lire la suite]
11 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

Souvenir... pour la sortie de mon livre : Le mouchoir de la duchesse, voyage au coeur de l'artisanat d'art. Très illustré avec un glossaire et un carnet d'adresses, ce guide est un voyage sentimental pour repenser son rapport à l'objet. 224 pages. Préface Noëlle Bittner. Riveneuve éditions. détail de la vitrine à la librairie du Musée des Arts Décoratifs 107Rivoli à Paris, en novembre 2016...installation et photo Mélina Faget.
10 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

Une question d'âme...ou comment faire un violon en harmonie (extrait) Il faut deux mois pour faire un violon, du bois d’érable pour l’intérieur, et du sapin pour l’extérieur. L’érable produit les sons graves, le sapin, les sons aigus. La veine du bois doit être régulière, serrée et parce qu’il est en bois, le violon vit, le violon respire. Ainsi, le choix du bois, sa qualité, sont déterminants dans sa réalisation : un violon est une merveille de poésie incarnée dans trois cents à cinq cents grammes de bois traversant les siècles... [Lire la suite]
09 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

Le Scintillant ou le Bd n°1 (extrait) La technique de fabrication d’un éventail n’a pas changé depuis le XVIIIe siècle. La règle fondamentale de l’éventailliste est de trouver l’équilibre entre la monture et la feuille. L’éventail que Sylvain a réalisé pour moi n’a pas dérogé à ce savoir-faire. Sylvain avait le choix de faire une monture en bois dit indigène (poirier, pommier, alisier, merisier etc.) plutôt qu’en bois dit exotique (ébène, palissandre etc.) ou encore en nacre, en écaille, en ivoire, en corne ou en os. Il a préféré,... [Lire la suite]
08 mai 2018

Le mouchoir de la duchesse

La peau de Lisbonne et sa poésie (extrait) (...) L’azulejo est bleu et blanc. Le bel azulejo est bleu et blanc. De mon point de vue. Car l’azulejo peut aussi être polychrome et les réalisations des artistes contemporains, dont je découvre les créations à la fois dans les différentes stations du très beau métro de Lisbonne comme à la galerie Ratton, ces réalisations en sont la preuve, si celles des musées où on l’apprend par siècles, des maisons et des rues de la ville où on le voit sans fin et en abondance, ne suffisaient pas à cela.... [Lire la suite]