Le Blog de Bérengère Desmettre

17 janvier 2020

2020 : Nouveau Blog...!

Chère lectrice, cher lecteur,

chers amis,

Je vous invite à retrouver l'intégralité de mes reportages sur mon nouveau blog tout beau, tout neuf!

https://lesvoyagesdeberengere.com/

Vous pourrez aussi suivre l'actualité de mon atelier (cartes postales, dessins, expositions, livres etc.).

N'hésitez pas à vous abonner!

Très amicalement,

Bérengère

 

 

Posté par bdesmettre à 07:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04 janvier 2020

REPORTAGE : Où, comme dans un conte, l’on soigne le Temps … - Portrait d’un horloger-rhabilleur

lediableaucadran-Bdesmettre-008

 

Pour ce premier reportage de l’An tout Neuf, j’avais l’envie de vous parler du Temps qui passe toujours, s’écoule… jamais ne s’arrête mais qu’il faut, parfois, soigner. Ma rencontre avec Jean-François Lefevre artisan heureux, - heureux de vivre dans la jolie ville d’Argentan dont il se fait l’ambassadeur dès qu’il en a la possibilité, heureux d’avoir un métier beau et artisanal, et j’en oublie - en était la parfaite opportunité.

 

lediableaucadran-Bdesmettre-016

 

Fils  de vétérinaire, ayant grandi à Argentan, Jean-François n’avait pas le souhait de faire de hautes études, et de me dire en manière de clin d’œil qu’il a fait : BAC – 3. Ce qui signifie qu’après avoir passé son BAC en micro-mécanique, il a fait un CAP sur trois années en horlogerie et bijouterie. Il me confie dans un sourire qu’il a choisi ce métier car sa mère le lui avait suggéré et que son père n’y comprendrait rien. C’est, somme toute, deux raisons tout à fait valables et qui correspondent à ces caractères si particuliers qui font bien souvent les artisans d’art.

 

lediableaucadran-Bdesmettre-013

 

Jean-François se spécialise dans la pendulerie grâce à la bourse d’encouragement au Métier d’Art qui existait à l’époque et permettait judicieusement à un apprenti de vivre certes modestement mais correctement pendant une à deux années durant lesquelles il parachevait son apprentissage dans différentes écoles d’horlogerie et choisit de monter son atelier, ici, à Argentan dans la ville du bonheur selon ses propres mots.

 

lediableaucadran-Bdesmettre-006

 

Il considère être un homme ordinaire faisant un métier devenu extraordinaire car rare. Être horloger-rhabilleur est l’art de remettre en état un mécanisme horaire. Il s’agit donc de dérouiller l’horloge, de la nettoyer, de la polir et surtout de rattraper les jeux mécaniques. Puis la remonter, la huiler et la régler…

 

lediableaucadran-Bdesmettre-009

 

Une horloge s’entretient et cette toilette incontournable mêlée, parfois..., souvent..., de soins plus conséquents doit se faire tous les dix ans, ce qui est tout à fait raisonnable. Pour une pendule simple et classique, cette visite de courtoisie nécessaire se fera sur deux à trois jours mais il arrive que les choses soient, de façon imprévisible, plus complexes. Et justement, quand je l’ai rencontré, il travaillait sur une horloge sur laquelle il pensait, au vu de son diagnostique, œuvrer une semaine, uniquement. Deux semaines plus tard, l’horloge ne fonctionnait toujours pas…

 

lediableaucadran-Bdesmettre-003

 

lediableaucadran-Bdesmettre-020

 

 

 

Il reste bien peu de vrais penduliers en France. Aux personnes qui lui disent : « Alors, vous êtes le maître du Temps?", il leur répond : « Non, son esclave. » Ce qui me semble tout à fait justifié quand je comprends que si certaines horloges sont bien construites et sont simples de réparations et d’entretiens, d’autres seront toujours malades ou problématiques.« Des chiantes, me dit Jean-François, mais le métier est beau car c’est un vrai métier d’établi où je fabrique le plus souvent, moi-même les pièces manquantes à une pendule. » ajoute-t-il avec ses deux ou trois paires d’yeux en plus qu’il pose en escalade sur son front ou qui pendouille sous le menton, pour travailler, l’œil au plus près, au plus juste, au plus précis de sa belle patiente.

 

 

 

 

lediableaucadran-Bdesmettre-004

 

 

lediableaucadran-Bdesmettre-036

 

Quand Jean-François explique qu’il est horloger-rhabilleur, les gens le regardent comme un enfant… C’est exactement ce qui m’arrive lorsque je pénètre dans son atelier, je me suis sentie comme une enfant me promenant dans un conte d’Hoffmann, étrangement avec un sentiment de Temps aboli. Est-ce la concentration des tics-tacs plus ou moins sonores ? Le léger décalage qu’il y a entre les sonneries et autres gongs chantant les heures dans le Temps ou un peu à côté en fonction de leur état de santé ? Est-ce encore plus simplement, le charme du lieu tout de bois et d’horloges et d’outils sur l’établi, magiques, inconnus, merveilleux, obligatoirement fascinants ? Je me serai bien vue attendre la dernière seconde de la St Sylvestre de 2019 et la première seconde du minuit de 2020 assise, là, dans l’escalier au milieu de tout ce petit monde de pendules… Le diable, lui, toujours sur son cadran tentant vainement de casser le Temps…

 

 

 

lediableaucadran-Bdesmettre-011

 

lediableaucadran-Bdesmettre-043

CARNET DE NOTES

LE DIABLE AU CADRAN atelier de restauration de pendules anciennes (achat-vente). Jean-François Lefevre 15 rue de la Vicomté. 61200 Argentan. Tel : 02 33 36 07 93 www.pendulier.com jflefevre@pendulier.com

Pour se loger à Argentan, le temps de venir déposer son horloge à soigner et visiter cette ville cher au cœur de notre horloger-rhabilleur, je vous recommande L’hôtel de la Renaissance – 20 avenue de la 2e D.B – 61200 Argentan. Tel : 02 33 36 14 20. www.arnaudviel.com Vous pourrez ainsi, plus facilement, profiter de l’excellente table de ce chef étoilé qui propose notamment le midi un menu « Au jour, le jour » tout à fait accessible et permettant une rapide découverte de l’univers tout en harmonie et finesse de Arnaud Viel.

Ce reportage a été réalisé grâce à Tourisme 61 Conseil départemental de l’Orne - Hôtel du Département - 27 boulevard de Strasbourg –CS30528 - 61017 Alençon cedex. Tel : 02 33 28 88 71 www.ornetourisme.com tourisme61@orne.fr

 

lediableaucadran-Bdesmettre-033

 

Posté par bdesmettre à 07:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

21 décembre 2019

REPORTAGE : Un Noël à Villennes-sur-Seine

 

NoëlVillennessurSeine

 

Les grèves qui ont cours actuellement sur toute la France m’ayant privée de mon reportage en région de Loire m’ont finalement permise de rester tout un mois de décembre en Île de France, mieux, dans mon cher village des Yvelines : Villennes-sur-Seine. Il m’est parfois difficile d’écrire sur ce que j’aime, sur qui j’aime. Mon cœur encombré d’amour peine à trouver les mots justes et la fluidité. Il en est ainsi quand je prends la plume informatique pour vous écrire ce reportage d’un Noël dans mon village tant aimé.

 

NoëlVillennessurSeine

 

sentiment n°57

 

 

Lorsque j’ai emménagé à Villennes-sur-Seine, un deux janvier, il y a quelques années, il neigeait. Je me souviens de ces premiers matins où buvant mon café, au milieu des cartons, je contemplais les toits des maisons blanchies au cœur de la nature si présente et j’ai pensé que j’allais adorer vivre ici et que j’y serai heureuse. Promesse fût tenue de cette pensée prémonitoire. Mes Noëls y furent, notamment, toujours empreints de joie et de poésie. Je m’en vais vous en vanter quelques uns de ses charmes. Que les Villennois m’absolvent car il ne m’est guère possible, ici, de faire un reportage exhaustif. Qu’ils puissent y retrouver quelques-unes de leurs adresses préférées et pour les non-Villennois découvrir les élégances et vertus d’une vie douce et joyeuse en cette période de fête.

 

 

 

 

NoëlVillennessurSeine

 

Entre Médan et Orgeval, non loin de Poissy, Villennes-sur-Seine, baptisée Villena dès 1007, est située sur la rive gauche du fleuve à 30 km à l’Ouest de Paris. Son territoire englobe l’île de Villennes et une partie de l’île du Platais, siège de Physiopolis une expérience de naturisme imaginée en 1928 par les frères André et Gaston Durville, tous deux médecins. Au centre, la Seine se déguise en rivière et est un de mes paysages préférés.

 

NoëlVillennessurSeine

 

NoëlVillennessurSeine

 

 

 

 

Bien souvent, je me rends sur le pont de l’île de Villennes et j’y passe quelques instants de contemplation nécessaire. Le miracle de l’eau douce à Villennes… la beauté de ses rivages… Ce pont construit au début du XVIIIe siècle a toujours eu un rôle important. Dans l’antan de l’histoire du village, il permettait que l’on conduise les bovins et ovins dans les pâturages de l’île où se trouvaient les granges en pisé de La Vacherie. Aujourd’hui, il permet aux habitants de cette île, devenue privée, de rejoindre leurs demeures.

 

 

 

 

 

 

NoëlVillennessurSeine

 

En revenant sur mes pas, je trouve la gare de Villennes qui rattrape (un peu...), par son charme et son allure, les souffrances que nous endurons via la SNCF. Cette petite gare fût inaugurée en 1911 succédant à la halte créée dès 1880 et à un premier bâtiment construit en 1844. Son architecte Alexandre Barret utilisa les plans de la gare de Clamart - détruite depuis - pour réaliser notamment son élégante verrière. Cette gare permit aux Parisiens de faire villégiature à Villennes, transformant ainsi peu à peu la vie de ce village initialement agricole et viticole. Tout récemment, notre gare, siège de tant de mécontentements et pourtant si ravissante, a obtenu le label Patrimoine d’intérêt régional.

 

NoëlVillennessurSeine

 

NoëlVillennessurSeine

 

 

Non loin et dans un périmètre restreint - et c’est aussi un des charmes certains de Villennes -, je contemple, tout enluminé de bleu, le kiosque à musique de la place de la Libération, le parc Fauvel et sa grotte et face à lui, le parc de la mairie, son cours d’eau et la mairie qui, le matin de mon reportage photographique, avait une silhouette particulièrement fantastique, le coassement des corneilles achevant de constituer un décor cinématographie. Cette ancienne Villa Neptune fût bâtie en 1910 sur des parcelles de l’ancien parc du château désormais disparu. Son ravissant parc à l’anglaise est, tout comme le parc Fauvel, tout comme le pont de l’île de Villennes, l’un de mes endroits de prédilection. L’eau… toujours… et la beauté…

 

 

 

 

 

NoëlVillennessurSeine

 

NoëlVillennessurSeine

 

 

 

 

La beauté, je la retrouve dans la très jolie boutique de L’ARTisane bucolique qui mélange élégamment, à l’image de Villennes, le passé et le présent, mettant en scène de petites histoires à vocation de nous inspirer pour la décoration de la maison tant dans son extérieur que son intérieur. De la bougie au meuble en passant par le luminaire, le linge de maison, les miroirs et de nombreuses pièces uniques, les sélections de Sonia vont à l’artisanat français, la fabrication en série limitée et les matériaux naturels dans un souci d’écologie et une démarche vertueuse.

 

 

 

 

 

NoëlVillennessurSeine

 

Jouxtant la boutique ressemblant à un cabinet des Merveilles, Amandine Fleurs propose évidemment le sapin pour les retardataires, mais aussi les classiques jacinthes de saison, les branches de houx, de gui pour l’An Neuf, les sublimes amaryllis qui font parties de mes fleurs préférées. Elle réalise des couronnes pour centre de table mêlant les persistants aux boules rouges du houx mais peut aussi réaliser toutes les envies sur mesure.

 

NoëlVillennessurSeine

 

NoëlVillennessurSeine

 

 

 

 

Du côté des produits de bouche, dans sa boucherie Manuel Nogueira Mourao propose toutes sortes de rôtis à base de volailles, - chapon, pintade, dinde - et autres poulardes fourrées de girolles, morilles, marrons, abricots secs, pruneaux, figues… Tout - y compris le foie gras - est fabriqué maison et pour ceux qui n’auraient pas eu le temps de faire un tour sur le petit marché de Villennes le samedi matin, Manuel a développé le rayon crèmerie avec notamment des œufs bio et de très bons fromages tel un comté 16 à 18 mois d’affinage.

 

 

 

 

 

NoëlVillennessurSeine

 

NoëlVillennessurSeine

 

 

En face, toujours dans l’artisanat local, la boulangerie Thellier, ayant obtenu la certification bio : AB propose certes tourte de seigle (bon bon bon !) et pain de petit épeautre (délicieux comme une brioche) mais aussi une baguette bio dans toutes ses déclinaisons (classique, graines, flûte…). Les confiseries et pâtisseries sont souvent réalisées avec le très bon chocolat Valrhona dont la traçabilité est irréprochable. Pour les fêtes, j’y trouve notamment des bûches légères et savoureuses ou des créations plus traditionnelles ainsi que vacherins, pains spéciaux, mignardises... Tout, de la boulangerie à la confiserie, est fabriqué ici dès le petit matin par les boulangers.

 

 

 

 

 

NoëlVillennessurSeine

 

NoëlVillennessurSeine

 

 

Mes commandes passées pour les fêtes et mes cadeaux prêts, s’il me manque une ravissante tenue de fête, je traverse la place des Sophoras et du Marché et vais chez Astrid, véritable institution Villennoise qui fêtera ses cinquante ans d’existence en 2020. Cette couturière de métier, ayant commencé à tirer l’aiguille dès l’âge de 6 ans et ayant fait ses classes chez Hermès, a pour ambition de rendre belles ses clientes en les conseillant, les habillant en toute connaissance de leur mode de vie et de leur style à chacune. Astrid travaille au maximum avec l’Europe en privilégiant des marques françaises. Chez elle, je trouve de l’accessoire (sacs, pochettes, foulards, bijoux, ceintures), du vêtement (petit top, manteaux ou robes…) et de la chaussure. Tout est particulièrement élégant, même les vêtements de seconde main qui sont de grandes qualités.

 

 

 

 

NoëlVillennessurSeine

 

NoëlVillennessurSeine

 

 

Ainsi parée et prête pour fêter joyeusement la renaissance de la lumière à venir, je me dirige vers la petite église romane Saint Nicolas de Villennes au centre du village non loin de tous les lieux susnommés. La paroisse de Villennes existe depuis 1007 et l’édifice fût classé monument historique par arrêté du 19 juillet 1926. Son clocher initialement placé au-dessus du transept à l’est du bâtiment fût fortement endommagé pendant la guerre de Cent Ans. Il a été reconstruit au XVIe siècle, le portail en plein cintre date de 1875 et l’intérieur des lieux riches de chapiteaux aux sculptures variés, de tableaux du XVIIe, de statues anciennes, et vitraux présentant à gauche des saints, à droite des saintes, est à la fois d’une belle sobriété et d’une véritable élégance. En cette période de Noël, la crèche y attend l’Enfant Jésus et ses cloches continuent de rythmer mes journées dans mon atelier en sonnant à chaque heure.

 

 

 

NoëlVillennessurSeine

 

CARNET DE NOTES

Villennes-sur-Seine est à 30 km de Paris à l'Ouest sur la A13 ou la A14. Par voie ferrée (quand cela fonctionne...), elle est desservie par la ligne J au départ de Paris-St Lazare à raison de deux trains par heure en moyenne.

Mairie de Villennes-sur-Seine – 36 avenue Foch – 78670 Villennes-sur-Seine. Tel : 01 39 08 25 40 http://www.ville-villennes-sur-seine.fr

Boucherie Mourao – 338 avenue Georges Clémenceau – 78670 Villennes-sur-Seine Tel : 01 39 75 80 60. Ouvert de 8h à 12h45 et de 15h30 à 19h30 sauf le dimanche après-midi. Fermé le lundi. Facebook : boucheriedevillennes

Boulangerie-pâtisserie Thellier – 325 avenue Georges Clémenceau – 78670 Villennes-sur-Seine Tel : 01 39 75 81 15 Ouvert de 7h à 13h30 et de 15h à 20h. Samedi ouvert de 7h à 19h 30 et le dimanche de 7h à 13h30. Fermé le lundi Facebook : @boccador

L’ARTisane Bucolique – 341 avenue Georges Clémenceau – 78670 Villennes-sur-Seine Tel : 01 39 75 06 40 Facebook : @lartisanebucolique Ouvert de 10h à 19h30 tous les jours sauf le lundi.

Amandine Fleur – 345 avenue Georges Clémenceau – 78670 Villennes-sur-Seine Tel : 01 39 75 95 68. Ouvert du mardi au samedi de 9h45 à 20h et le dimanche de 9h30 à 13h30

Astrid Boutique – 54 rue Maurice Dreux – 78670 Villennes-sur-Seine Tel : 01 39 75 94 80 Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h Facebook : Astrid Boutique

Eglise Saint Nicolas – 78670 Villennes-sur-Seine - Veillée de Noël à 22h le 24 décembre – Messe de Noël le 25 décembre à 10h

 

NoëlVillennessurSeine

 

 

Posté par bdesmettre à 07:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 décembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

Anse Couleuvre - Carnet Martinique - Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver samedi dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" et jusqu'au 11 janvier 2020.
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

36

11 décembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

La chambre de Jean-Jacques Rousseau aux Charmettes- Carnet Savoie - Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver samedi dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" et jusqu'au 11 janvier 2020.
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

16


07 décembre 2019

REPORTAGE : Une journée de shopping à Besançon pour préparer Noël...

shoppingBesançon-Bdesmettre-012bis

 

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-002bis

 

 

Le traditionnel rite des cadeaux de fin d’année remonte à… l’Antiquité. Dans la Rome Antique, lors des Saturnales, on célébrait le solstice d’hiver du 21 décembre et le dieu Mithra le 25 décembre (date qui fût ensuite choisie vers 330 par les chrétiens pour y placer la naissance du Christ) en s’offrant des cadeaux car ce moment de l’année annonçait le retour de la lumière, symbolisant ainsi la renaissance et l’abondance à venir. Les offrandes étaient souvent alimentaires mais aussi très symboliques avec des lampes ou des poupées votives. L’arrivée des grands magasins a modifié considérablement la teneur et l’objet des cadeaux de fin d’année. S’offrir une journée de shopping à Besançon pour préparer Noël, c’est reprendre le fil d’une tradition qui mêlait douceurs et symboles en guise d’offrandes pour nos proches aimés.

 

 

 

 

De la douceur encore et toujours…

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-006bis

 

Fabrice Gillotte fût le premier chocolatier à obtenir le titre Meilleur Ouvrier de France dans les années 90. En février dernier, il a ouvert une boutique à Besançon où, dans un décor design extrêmement élégant, on découvre son chocolat à formes diverses (tablettes, fourrés, incrustés, mendiants, pures origines…) et toujours bien équilibré en bouche. Car ce maître chocolatier est essentiellement attaché au goût des bonnes choses et ne revendique pas la nouveauté pour la nouveauté. Son chocolat n’est jamais trop sucré et pour la bouche salée que je suis, c’est un plaisir non négligeable. Il propose des collections particulières, où le visuel est très important, en fonction des saisons et des différents rites qui rythment l’année.

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-004bis

 

Dans un décor beaucoup plus traditionnel, le pâtissier – chocolatier Alain Ricot, lui aussi maître chocolatier, réalise des chocolats sans conservateur et sans graisse végétale. Il travaille aussi avec des huiles essentielles. Le concept, s’il est tendance, peut surprendre mais j’ai goûté et je le reconnais le dosage est parfait et d’une grande délicatesse. Pour Noël, vous pourrez retrouver outre les prâlinés, ganaches et autres douceurs habituels, le très beau coffret « Courbet » imaginé pour le bicentenaire de la naissance de l’artiste mais aussi un flocon (chocolat blanc amande et kirsch) ayant reçu un prix lors du festival du chocolat ou encore le divin à base de vin jaune et de noix. N’hésitez pas à commander votre bûche qui sera, évidemment, la plus naturelle possible.

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-007bis

 

D’authentiques traditions…

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-008bis

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-009bis

 

Le Marché Couvert de Besançon est un lieu incontournable pour faire ses emplettes à l’approche des fêtes où il est toujours plaisant de renouer avec de bons produits locaux. J’ai découvert pour vous et testé parfois quelques enseignes qui proposent d’excellents fromages, vins ou produits de salaisons. A la maison Noël Myotte, toutes les salaisons de montagnes sont séchées et fumées en altitude. Pascal Colas, de La Crémerie du Marché, est surnommé le roi de la cancoillotte et ce nom résume à lui seul ce qu’il est impératif de s’offrir chez cet artisan. Ici, la mère de Pascal m’explique ce qu’est la cancoillotte, un fromage, au départ, et je dis bien au départ, avec 0% de matière grasse…jusqu’à son point d’arrivée particulièrement apte à entretenir de charmants ou moins charmants capitons. A la boucherie charcuterie Claudet, le saucisson fait par notre artisan est particulièrement savoureux. A la Crémerie du Plateau, tout est local avec notamment un splendide choix de chèvres. Et c’est au Trou de Souris que l’on peut associer aisément les fromages et vins du Jura.

 

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-010bis

 

En face du Marché Couvert, La Cave aux fromages est spécialisée dans le comté et propose des productions d’affineur fruitier allant du comté jeune au comté hors d’âge ayant plus de trois ans d’âge et étant sans conservateur. Cette épicerie propose par ailleurs et en abondance : charcuterie et salaisons diverses, terrines de truites, de porc, miels de la région, biscuits de Montbozon, caramel, pain d’épices régional, griottines, limonades de Morteaux, bières locales, et la cave petite mais bien garnie et animée par un passionné propose des crus et cépages uniquement du Jura.

 

Symboles, écologies et délicates attentions

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-001bis

 

Chez Mademoiselle Mon fil à bijoux, la cliente imagine son bijou et Stéphanie le réalise. Je fais mon choix de différents éléments qui constitueront le bijou que je veux offrir sur le bar à bijoux. Si l’intitulé est devenu tellement galvaudé que bientôt, tous les magasins auront leur « bar », le concept quant à lui est judicieux car il permet avec un bijou de fantaisie de très belle facture de faire un véritable cadeau symbolique et sur-mesure. Aussi, je peux choisir un brin d’amour tressé que l’on porte au poignet, autour du cou etc., un jonc Boudhiste porte-bonheur ou un collier de grossesse qui deviendra une fois l’enfant né un grelot suspendu au dessus du berceau de l’enfant ou introduit dans le doudou, composer une bague unique ou encore une amulette.

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-011bis

 

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-014bis

 

 

 

En terme de cadeaux symboliques, il est aussi possible de trouver son bonheur à La petite manufacture. Cette vitrine regroupe sous forme associative une trentaine de créateurs venant essentiellement de Franche-Comté et ayant à cœur de présenter une vision contemporaine et parfois écologique de l’artisanat. Deux ans après mon carnet de voyage en Franche-Comté réalisé pour la radio France Bleu - https://www.francebleu.fr/loisirs/evenements/les-carnets-de-noel-avec-berengere-desmettre-et-france-bleu-besancon-1512493891-, je retrouve ce lieu avec plaisir et une inclinaison renouvelée pour les créations en plastique bio recyclables et compostables imprimées en 3 D de Didier Bourdenet.

 

 

 

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-015bis

 

Toujours dans une démarche écologique, La Paillotte,  ce magasin de référence pour les bisontins, propose uniquement des jouets en bois et en prime des conseils et suggestions dispensés avec une belle générosité. J’ai adoré la vache Rosy, un jouet à traîner qui est fabriqué en Franche-Comté par Vilac depuis le début du XXe siècle, tout comme les chalets en bois et certaines petites voitures, de chez Jeu Jura, tout en bois qui m’ont furieusement rappelée mon enfance et mes tourneurs sur bois du Jura.

 

Elégance pour passer d’une année à l’autre.

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-016bis

 

Enfin, je terminerai cette journée d’emplettes à Besançon par deux adresses qui me tiennent à cœur. La première est un showroom, Square Concept qui présente entre 40 à 60 créateurs, artistes et designers et représente en exclusivité la marque franc-comtoise Ibride. Les créateurs de Ibride vivent, travaillent et rêvent dans les montagnes du Jura. Moi, cela me plaît. Je suis particulièrement amoureuse de leur collection de plateaux-tableaux fabriqués par des artisans locaux selon la méthode traditionnelle du millefeuille de kraft,  rendant ainsi hommage aux artistes qui inspirent les représentations picturales et aux savoir-faire anciens. Toujours, et encore, j’aime la tradition perpétrée dans un même objet d’un double office : l’usage du plateau et la contemplation du tableau. L’intégralité de leur production tend toujours vers ce but : l’utilitaire (meubles divers, consoles, vaisselles etc) prend une forme qui invite dès l’abord à la contemplation, à la poésie puis, ensuite vient l’utilisation. Pour en revenir à Square Concept, leur show room, les instigateurs de ce très beau lieu d’objets design présentent des objets qu’on ne trouve pas à côté de chez soi... Il y a une intention d’esthète chez Leslie Cury et son compagnon qui veulent avant tout rester proche de l’humain et cultivent, de fait, un lien privilégié avec leur clientèle.

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-017bis

 

En terme d’alliance de l’utilitaire et de la poésie, un détour par la boutique Utinam est un incontournable. Philippe Lebru, chaudronnier de formation devenu artiste, designer, créateur, questionne le temps et la façon de le lire. Les mécanismes des horloges sont à vue, les aiguilles tournent à l’envers ou bien forment des cœurs… Comme dans les contes, c’est l’heure mais ce n’est pas encore l’heure ou ce fût l’heure… Sa Comtoise porte nom Hortence, telle une parfaite princesse aérienne et solide à la fois, elle a obtenu le grand prix du concours Lépine et la médaille d’or au salon des inventions de Genève. Certaines œuvres, car il s’agit bien d’œuvres, portent en leur centre un petit morceau de météorite qui aurait 45 milliard d’années dit la légende. Alors toujours comme dans la légende, je lis ces mots de Philippe Lebru « Ce n’est pas le temps qui passe mais nous qui passons à travers le temps. » et je me sens définitivement prête pour aborder spirituellement, symboliquement et gustativement ces fêtes de fin d’année !

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-003bis

 

CARNET DE NOTES

shoppingBesançon-Bdesmettre-019bis

Fabrice Gillotte. Chocolatier confiseur. 34 rue des Granges 25000 Besançon Tel : 03 81 81 85 08. Du mardi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 19h. https://fabricegillotte.com

Alain Ricot. Chocolatier-pâtissier. 23 rue de la République 25000 Besançon tel : 03 81 82 18 69 alain.ricot@hotmail.fr www.alainricot.com Ouvert du mardi au samedi de 8h à 19h.

Marché Couvert. 2 rue Claude Goudimel 25000 Besançon. Ouvert du mardi au samedi de 7h à 19h et le dimanche de 8h à 13h.

La Cave aux Fromages. Epicerie fine. 2 rue Gustave Courbet 25000 Besançon Tel : 03 63 18 33 81 www.LaCaveAuxFromages.com contact@LaCaveAuxFromages.com Ouvert Mardi, Mercredi, jeudi de 8h à 12h30 et de 14h30 à 19h. Vendredi de 7h30 à 19h15, Samedi de 8h à 19h15 et dimanche de 9h30 à 12h30.

Mademoiselle Mon fil à bijoux. 9 rue Morand 25000 Besançon tel 03 81 53 82 75. https://monfilabijoux.com  contact@monfilabijoux.com Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h

 

shoppingBesançon-Bdesmettre-020bis

La Petite Manufacture. 18 rue de Pontarlier 25000 Besançon. Du mardi au samedi de 10h à 19h. contact.petitmanufacture@gmail.com facebook.com/lapetitemanufacturedart/

La Paillotte 108 Grande Rue 25000 Besançon tel : 03 81 81 12 37 www.paillottejouets.com la.paillotte108@gmail.com Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h.

Square Concept 15 rue Victor Hugo 25000 Besançon contact@square-concept.fr Sur FB : @SquareconceptFr Tel : 07 71 12 59 68. Du 1er décembre au 24 décembre : ouvert du lundi au dimanche de 9h30 à 19h30. Le reste de l’année ouvert du jeudi au samedi de 9h30 à 19h30. A noter : les 7 et 14 décembre shopping avec DJ set tout l’après-midi. Et nocturne toujours avec un DJ le 20 décembre jusqu’à 22 heures.

Utinam 117 Grande Rue 25000 Besançon Tel : 07 68 42 21 71 https://utinam.fr/contacts/ 117@utinam.fr ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h.

Se loger, pour vivre cette journée de shopping à Besançon, dans le très joli hôtel Le Sauvage 6 rue du Chapitre 25000 Besançon. Tel : 03 81 82 00 21 http://hotel-lesauvage.com/fr/

Ce reportage a été réalisé grâce à Bourgogne Franche Comté Tourisme 4 rue Gabriel Plançon 25044 Besançon Cedex www.bourgognefranchecomte.com

 

Posté par bdesmettre à 07:16 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

05 décembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche, demain...

Couple de grèbes huppés - Carnet Savoie- Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver demain samedi dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" et jusqu'au 11 janvier 2020
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

45

04 décembre 2019

Working Progress à l'atelier...

Nouvelle pièce en cours à l'atelier... - Série Posters. Corpus CARNETS DE VOYAGE. Technique mixte

L'Autre Histoire-001

 

 

 

Posté par bdesmettre à 09:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 novembre 2019

REPORTAGE : Musées, splendeurs et curiosités de Bourges - 3

museeBerry002

 

Les premiers témoins d’une Renaissance, celle que l’on appelle la 1ère Renaissance, apparaissent au milieu du XVe siècle avec tout particulièrement le palais Jacques Cœur dont je vous ai longuement parlé samedi dernier http://bdesmettre.canalblog.com/archives/2019/11/23/37799712.html. Si le décor est encore gothique, il est d’une abondance et d’une ampleur qui vont petit à petit s’étendre sur tout le Berry. A Bourges, le terrible incendie de la Madeleine du 22 juillet 1487 entraîne une vaste reconstruction de l’espace urbain et permet ainsi la réalisation de nombreuses habitations caractéristiques de cette 1ère Renaissance. L’hôtel Lallemant et l’hôtel Cujas, tous deux abritant des musées, en sont de parfaits exemples.

 

L’HÔTEL LALLEMANT

 

hotellallemant-009

 

hotellallemant-008

 

 

 

Construit vers 1510 par de riches notables et humanistes berruyer les Lallemant, ce sublime bâtiment est un remarquable modèle d’hôtel particulier entre cour et jardin offrant à l’admiration un ensemble splendide de sculptures décoratives caractéristiques de l’époque datable du règne de Louis XII où se mêlent des éléments gothiques tout particulièrement sur les culots sculptés de petits personnages et des ornements de la Renaissance (arabesques, balustres, candélabres, coquilles, cornes d’abondance, dauphins, dards, frontons, guirlandes, médaillons, oves...)

 

 

 

 

 

hotellallemant-010

 

hotellallemant-001

 

 

 

 

La famille Lallemant d’origine commerçante, est présente à Bourges depuis le XIIIe siècle. Elle acquiert au cours des deux siècles suivants de hautes charges dans l’administration royale. Leur première demeure est sinistrée durant l’incendie de 1487. Ils construisent leur nouvel hôtel sur un terrain regroupant trois parcelles dont l’une est à cheval sur l’enceinte gallo-romaine ce qui leur permet d’avoir deux cours, l’une haute, l’autre basse. Comme dans le palais Jacques Cœur, la distribution des pièces devient plus fonctionnelle avec, notamment, l’apparition d’une pièce attenante à la chambre, la garde-robe.

 

 

 

 

hotellallemant-011

 

hotellallemant-005

 

 

 

Sur les façades, le décor se concentre sur des parties précises : baies, portes, travée centrale du bâtiment. La pièce la plus célèbre, l’oratoire, est ornée d’un superbe plafond sculpté de trente caissons, mêlant emblèmes et éléments décoratifs typiques de la Renaissance comme des putti jouant. Dans la pièce voisine, le porc-épic et l’hermine, emblèmes de Louis XII et Anne de Bretagne, se retrouvent sur la cheminée. Si un bon nombres de sculptures sont attribuables à des artistes français, trois médaillons en terre cuite conservés sur les dix-neuf d’origine, peuvent être l’œuvre d’Antoine Juste, italien présent à Bourges en 1506. Il est bon de noté, aussi, les tourelles d’escaliers et le passage voûté, au centre, qui permettait de rejoindre la cour basse et les pièces de service.

 

 

 

hotellallemant-003

 

Cet hôtel a été aménagé à partir de 1951 en Musée des Arts Décoratifs. Il rassemble des collections de mobilier, des tapisseries, des faïences et d’autres objets d’art représentatifs des XVIIe et XVIIIe siècles. Certaines pièces sont exceptionnelles comme un somptueux cabinet à placage d’ébène du milieu XVIIe siècle devant lequel je suis passée et repassée à plusieurs reprises tant il est beau ou encore deux tapisseries appartenant à la tenture « Les enfants jardiniers », un bureau marqueté à huit pieds, des émaux de la Renaissance et de grands plats de faïence de Nevers bleue.

 

hotellallemant-006

 

hotellallemant-012

 

 

 

D’autres pièces tiennent quasiment du trésor ou du cabinet de curiosités, car plus insolites comme une mèche de cheveux attribuée à Agnès Sorel, la favorite du roi Charles VII et que Jacques Cœur, souvenez-vous, a été accusé d’avoir empoisonnée… J’ai particulièrement aimé, au sein de la belle collection de peintures, une gracieuse annonciation provenant peut-être de Bruxelles réalisée vers 1500-1510, la galerie des grands professeurs de l’Université de Bourges et une petite merveille un brin macabre « Le Triomphe de la Mort » d’après Francesco Rosselli, Ecole Française, vers 1500-1520…

 

 

 

 

 

hotellallemant-002

 

LE MUSEE DU BERRY ou HÔTEL CUJAS

 

museeBerry003

Tout en brique et pierre rappelant l’aile Louis XII, l’hôtel Cujas qui abrite le musée du Berry est la réplique d’un château solognote. Construit au début du XVIe siècle pour Durand Salvi, marchand florentin, c’est Jacques Cujas, professeur de droit, l’un de ses nombreux propriétaires, qui laissera son nom. Cet hôtel, très différent de l’hôtel Lallemant tout en étant de la même période, se singularise par ses façades à parements de briques polychromes utilisant savamment des treillis losangés, soulignés ponctuellement par la pierre blanche. Cet exemple est unique à Bourges et en même temps est typique du style 1500. Dans la première cour, le décor reste gothique flamboyant à certains endroits comme les fenêtres et lucarnes (culs-de-lampe et feuilles de choux) alors que les médaillons figurant empereurs et héros de la Rome antique sont de vrais détails Renaissance.

Durant la IIIème république, la mairie souhaite un musée permettant de connaître l’histoire de la ville. Ainsi, le musée du Berry est créé en 1891. Il permet de découvrir le passé de la cité berruyère avec des différentes collections allant de la protohistoires et de la période gallo-romaines jusqu’au XIXe siècle.

 

museeBerry009

 

momie

 

 

 

 

 

 

Récemment, le musée a fait l’objet d’une rénovation de telle sorte que l’on parcourt les lieux de façon chronologique. Ainsi le rez-de-chaussée est consacré à l’histoire et à l’archéologie présentant la vie quotidienne gallo-romaine. C’est aussi à cet étage que l’on retrouve la grande attraction du musée. La momie de Djedhov sur son sarcophage datant de IIIe siècle av. JC. Elle fût trouvée par un ingénieur berrichon qui travailla sur les chantiers du canal de Suez. Personnellement, je l’ai trouvée particulièrement effrayante et suis rapidement passée dans la très belle salle des stèles funéraires sur lesquelles est souvent représenté le métier du défunt.

 

 

 

 

 

 

 

 

museeBerry005

 

museeBerry001

 

 

 

C’est au premier étage que je découvre LA splendeur de ce musée en la belle série (la plus importante au monde) des pleurants du tombeau du duc Jean de Berry, le célèbre…celui qui a commandé Les Très Riches Heures du duc de BerrySon tombeau, tout aussi précieux que ces enluminures, était à l’origine orné de quarante pleurants. Ces pleurants, œuvres inestimables, sont donc, ici, au nombre de dix, les autres se promènent sur la planète parfois chez des collectionneurs privés, heureux hommes… Et je tombe, tout particulièrement en arrêt, en amour, des pleurants réalisés par le sculpteur Jean de Cambrai… Quelle modernité !...

 

 

 

 

 

museeBerry006

 

Philippe de Champaigne

 

 

 

Le 3ème étage est lui aussi d’une grande richesse. Dans la première salle, consacrée à la peinture, je contemple de vraies perles comme un triptyque de Jean Boucher datant de 1630 où l’on retrouve le peintre, son saint patron et sa maman ! J’aime aussi beaucoup un Christ en croix de Philippe de Champaigne. La salle suivante est consacrée à la poterie du célèbre village de La Borne. Extrêmement intéressante, cette exposition présente notamment les œuvres de l’artiste Marie Talbot qui signe parfois de façon émouvante son travail par un « fait par moi Marie Talbot ». Deux autres salles offrent à la contemplation d’autres beautés tel un Rodin en vis à vis avec une œuvre d’un sculpteur local Jean-Eugène Baffier et puis un très joli Greuze non loin…

 

 

 

museeBerry004

 

CARNET DE NOTES

 

hotellallemant-007

 

Hôtel Lallemant – 5 rue de l’Hôtel Lallemant 18000 Bourges tel 02 48 70 23 57 – www.ville-bourges.fr/site/musee-arts-decoratifs.fr Ouvert du 2 janvier au 31 décembre de 10h à 12 et de 14h à 18. Fermé les lundi et dimanche matin et les 1er novembre, 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

Musée du Berry – 4 rue des Arènes 18000 Bourges tel 02 48 70 41 92 – www.ville-bourges.fr/site/musee-berry.fr  Ouvert du 2 janvier au 31 décembre de 10h à 12 et de 14h à 18. Fermé les mardi et dimanche matin et les 1er novembre, 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

Se restaurer à Bourges : La gargouille - bistro.resto -108 rue Bourbonnoux 18000 Bourges Tel 02 48 23 59 bistro.lagargouille@gmail.com ou Cake Thé 74 bis rue Bourbonnoux Passage des Remparts 18000 Bourges tel : 02 48 24 94 60 du mardi au samedi 12h-14h/15h30-19h et le dimanche de 15h à 19h.

 

 

 

museeBerry008

 

Dormir à Bourges : Au Coeur de Bourges - M. et Mme Boudet - 10 rue de l'Hôtel Lallemant - 18000 Bourges. Tel : 02 48 24 64 10. Une très belle chambre d'hôtes dans un hôtel particulier. ou Au n°1. Blandine Voisin - 1 rue Albert Hervet - 18000 Bourges tel : 06 29 22 17 67

Ce reportage a été réalisé grâce à Tourisme & Territoires du Cher. www.tourisme-territoiresducher.fr et à Bourges Berry Tourisme 21 rue Victor Hugo 18000 Bourges. Tel : 02 48 23 02 60 www.bourgesberrytourisme.com contact@bourgesberrytourisme.com

26 novembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

Le salon de musique de la Maison Hébert - Carnet Isère - Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" jusqu'au 11 janvier 2020
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

23

23 novembre 2019

REPORTAGE : Musées, splendeurs et curiosités de Bourges - 2

PalaisJacquesCoeur-001

 

PalaisJacquesCoeur-005

 

 

Le cœur de Bourges est constitué de rues piétonnes, pavées et de maisons à pans de bois du XVe siècle. Cette ville d’Art et d’Histoire en compte 440 et ce chiffre remarquable créée un contexte très particulier de véritable promenade dans un autre temps. Au milieu de ces demeures, en plein centre, somptueuse, splendide, incontournable - et je pourrais être à court de superlatifs pour qualifier cette merveille - est posé le Palais Jacques Cœur l’un des plus remarquables édifices de l’architecture civile du XVe siècle. Ce chef d’œuvre du gothique flamboyant a été imaginé, voulu, par Jacques Cœur. Cette personnalité originaire de Bourges, issue d’un milieu modeste et devenu argentier du roi Charles VII est une figure fascinante. « A vaillant cœur, rien d’impossible », c’est lui !

 

 

 

 

PalaisJacquesCoeur-012

 

Fils d’un maître fourreur et marchand pelletier, Jacques Cœur est né à Bourges en 1400. Son père l’initie tôt aux affaires ce qui le prédispose à devenir l’excellent homme d’affaires qu’il sera durant toute sa vie d’adulte. Son union avec Macée Léodepart fille du prévôt de Bourges lui donne la première impulsion pour initier l’ascension fulgurante qui sera la sienne. Il fait ses expériences à la Monnaie de Bourges puis à Paris où le roi l’appelle. En 1432, il développe le commerce entre la France et l’Orient de façon particulièrement novatrice si bien que Charles VII, impressionné, le nomme argentier en 1438.

 

PalaisJacquesCoeur-004

 

PalaisJacquesCoeur-003

 

 

 

Être argentier signifie entre d’autres termes intendant, ainsi Jacques Cœur assure l’approvisionnement et la garde des objets, meubles et vêtements précieux de la cour. Il accorde à ce service une importance considérable tant par le choix, la qualité et le luxe de ses fournitures que par l’extension de sa clientèle. Par exemple, il ouvre son magasin aux officiers militaires et civils, leur accordant si nécessaire d’indispensables crédits et même des prêts sur gage. Jacques Cœur porte son titre de Grand Argentier comme un titre d’honneur et élève cette modeste profession à un rang inconnu jusque là. De part les qualités de son office, son dévouement au roi et le zèle si intelligent qu’il met dans ses affaires,  il est anobli par Charles VII qui a pour lui une véritable affection.

 

 

 

PalaisJacquesCoeur-010

 

Malheureusement, son impressionnante réussite et son ambition déclenchent des envies, des jalousies notamment chez les plus grands. L’ambigu Charles VII, qui a agi avec Jeanne d’Arc contemporaine de Jacques Cœur de façon tout aussi trouble qu’avec le Grand Argentier, le fait arrêter le 31 juillet 1451 sur une fallacieuse accusation d’empoisonnement d’Agnès Sorel, la belle maîtresse du roi, grande protectrice de Jacques Cœur et sur d’autres accusations probablement plus fondées concernant des agissements imprudents et des pratiques irrégulières quant à ses affaires.

 

PalaisJacquesCoeur-009

 

Emprisonné, jugé, cet homme de cinquante ans reconnaîtra tous les chefs d’accusation levés contre lui sauf l’empoisonnement d’Agnès Sorel. Sa condamnation à mort est commuée en bannissement perpétuel mais après trois années d’emprisonnement rigoureux, Jacques Cœur s’évade et est accueilli à Rome par le pape Nicolas V, début mars 1455. Il décède sur l’île génoise de Chio en mer Egée, lors d’une dernière croisade, sans gloire, le 25 novembre 1456 alors qu’il oeuvrait pour le compte du successeur de Nicolas V, le pape Calixte III.

 

PalaisJacquesCoeur-002

 

PalaisJacquesCoeur-008

 

 

 

 

Mais revenons au fait de sa réussite, vers 1440, riche et puissant, Jacques Cœur étend ses acquisitions à de nombreux châteaux notamment dans le Berry. Pourtant il souhaite une demeure qui soit digne de son prestige dans sa ville natale. Il commande, alors, un lieu de résidence tenant à la fois du logis seigneurial et de l’hôtel urbain, profondément inspiré par la Renaissance italienne que l’argentier a maintes fois contemplé dans ses voyages.

 

 

 

 

 

 

PalaisJacquesCoeur-011

 

Bâtie sur un terrain de 8000m2, avec pour noyau central le donjon féodal d’une ancienne seigneurie, cette Grand’maison a peu d’équivalent dans sa catégorie de résidence civile médiévale. Elle répond à un cahier des charges, établi en 1443, particulièrement avant-gardiste préfigurant ainsi les hôtels particuliers Renaissance qui verront le jour plus tard.

 

PalaisJacquesCoeur-013

 

PalaisJacquesCoeur-006

 

 

Son architecture très aristocratique mêle somptueusement des inspirations gothiques (lucarnes, voûtes d’ogives, arcs en accolades, tympans, allèges de fenêtre…) issues des demeures de Jean de Berry, la symbolique royale, les éléments des armes de Jacques Cœur et des représentations réalistes de la vie quotidienne ou issues de ses souvenirs de voyage. Pour autant, tout est pensé pour être fonctionnel. C’est ainsi que j’y contemple les premiers escaliers à vis construits dans les tourelles dès la fin de la période médiévale, des équipements de conforts jusque là très rares, tels : une étuve pour la toilette, des vestiaires, un office avec passe-plat, une salle de chauffe, des cheminées dans chaque pièce, une distinction très nette entre les pièces d’apparat et les appartements privés, une circulation novatrice entre les galeries, les couloirs et les escaliers…

 

 

 

PalaisJacquesCoeur-014

 

Jacques Cœur ne verra jamais sa Grand’maison terminée et ne l’habitera pas car le bien lui sera confisqué lors de son procès. Plus tard, le bâtiment sera successivement rendu à sa famille, puis vendu, habité par le roi Charles IX et sa mère Catherine de Médicis, le clan des Condé puis par Colbert, pour enfin devenir un bâtiment administratif de la ville de Bourges notamment le Palais de Justice dont on retrouve certaines traces, voire certains méfaits dans les lieux mais qui laissera aussi l’appellation Palais convenant si parfaitement à cette somptueuse demeure.

 

PalaisJacquesCoeur-007

 

PalaisJacquesCoeur-017

 

 

 

 

Classé monument historique dès 1840, sous l’impulsion d’un rapport affligé de Prosper Mérimée quant aux dommages innombrables qu’il note lors de son inspection en 1837, le Palais Jacques Cœur devient propriété de l’Etat en 1923. Aujourd’hui, il se visite avec délectation car chaque guide narre avec finesse et humour, l’histoire et du personnage et des lieux foisonnants de beautés décoratives, d’intelligences architecturales. Dans les combles, une magnifique installation d’art contemporain achève de me séduire, exaltant la magnificence des lieux, le caractère exceptionnel de son auteur et la dimension romanesque de sa vie.

 

 

 

 

PalaisJacquesCoeur-016

 

CARNET DE NOTES

PalaisJacquesCoeur-015

Palais Jacques Cœur –10 bis rue Jacques Cœur 18000 Bourges tel 02 48 24 79 42 – www.palais-jacques-cœur.fr - Ouvert tous les jours de 9h30 à 12h et de 14h à 17h30 sauf les 1er novembre, 11 novembre, 25 décembre et 1er janvier. Tarif à partir de 8 euros. à noter les 27 et 28 décembre à 15h : Le Palais en Musique. Conte Musical à partir de 7 ans. réservation obligatoire.

Se restaurer à Bourges : La gargouille - bistro.resto -108 rue Bourbonnoux 18000 Bourges Tel 02 48 23 59 bistro.lagargouille@gmail.com ou Cake Thé 74 bis rue Bourbonnoux Passage des Remparts 18000 Bourges tel : 02 48 24 94 60 du mardi au samedi 12h-14h/15h30-19h et le dimanche de 15h à 19h.

Dormir à Bourges : Au Coeur de Bourges - M. et Mme Boudet - 10 rue de l'Hôtel Lallemant - 18000 Bourges. Tel : 02 48 24 64 10. Une très belle chambre d'hôtes dans un hôtel particulier. ou Au n°1. Blandine Voisin - 1 rue Albert Hervet - 18000 Bourges tel : 06 29 22 17 67

Ce reportage a été réalisé grâce à l'aimable autorisation du Centre des Monuments Nationaux et à Tourisme & Territoires du Cher. www.tourisme-territoiresducher.fr et à Bourges Berry Tourisme 21 rue Victor Hugo 18000 Bourges. Tel : 02 48 23 02 60 www.bourgesberrytourisme.com .

Posté par bdesmettre à 07:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 novembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

Cabanon en bois - Carnet Le Touquet - Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" du 19 octobre 2019 au 11 janvier 2020
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

29

Posté par bdesmettre à 07:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

19 novembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

Couple de girafes - Carnet Botswana - Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" du 19 octobre 2019 au 11 janvier 2020
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

33

16 novembre 2019

REPORTAGE : Musées, splendeurs et curiosités de Bourges - 1

Bourgescity-001

 

BourgesDivers-002

 

 

 

Sous un ciel blafard, Bourges m’apparaît aussi ravissante qu’il y a vingt ans lorsque je la découvris pour la première fois. Bourges est en soi une merveille, une splendeur. Le temps s’y est arrêté au cours de la Renaissance. Un doux sommeil, qui ne fût pas dans l’instant un aspect positif pour la vitalité économique de cette ville, mais qui, plusieurs siècles après, se révèle une chance nous permettant de nous promener dans une ville témoignage d’un autre temps. Bourges est si riche qu’au sein de ses somptuosités et de ses curiosités, il m’a fallu, pour une première série de reportages, faire des choix draconiens.

 

 

 

 

 

cathédraleBourges-002

 

LA CATHEDRALE SAINT-ETIENNE DE BOURGES

 

cathédraleBourges-003

 

 

La première incontournable beauté est sans conteste la cathédrale Saint-Etienne, petite sœur de Notre Dame de Paris, représentant avec les cathédrales d’Amiens et de Chartres la synthèse de toutes les perfections gothiques. Mais de toutes, elle est celle qui incarne le mieux la lux continua, mettant en scène la lumière comme aucune et permettant à la communauté de vivre l’expérience d’une lumière divine pénétrant par les vitraux initiant une communion dans la réception de la Grâce qui dès lors ne connaît plus d’obstacle à son épanouissement. Et il est évident que dans la cathédrale Saint-Etienne de Bourges, la clarté est en continu, le promeneur déambule dans un véritable bain de lumière, chaleureux, coloré, foisonnant, somptueux.

 

 

 

 

cathédraleBourges-013

 

cathédraleBourges-010

 

 

 

Autorisée par Philippe Auguste, à vocation d’accueil des pèlerins et non des paroissiens, sa construction a lieu durant le XIIe siècle sur le point culminant de Bourges une ville au passé antique et médiéval déjà prestigieux. Cette première cathédrale réalisée au sud de la Loire se devait d’être comparable à Notre-Dame de Paris. Au Moyen-Âge, période des enluminures, la lumière veut dire mettre de la couleur c'est-à-dire : enluminer. Sa mise en lumière se fait à la fois par les vitraux et par la pierre. Car le tailleur de pierre est imagier, autrement dit sculpteur et oeuvrant avec le burin et les pigments, il peint ses pierres taillées leur apportant une chaleur qui participe déjà de la lux continua. Jusqu’au XVIe siècle, la cathédrale est repeinte six fois.  

 

 

 

cathédraleBourges-006

 

Si son plan est basilical et qu’elle n’a point de transept en mémoire des premières églises de la chrétienté du monde roman dépourvues de cet élément d’architecture, sa hauteur (55m) et sa largeur (50 m) sont impressionnantes. Ses cinq portails en façade - qu’il est complexe de photographier dans leur globalité car la cathédrale est enchâssée dans le cœur de la ville comme une émeraude dans un écrin extrêmement ouvragé – débouchent sur cinq nefs de toute beauté. Ses vingt-huit arcs-boutants possèdent une forme particulière qui a permis de diminuer la quantité de pierres utilisées et a apporté une élégance supplémentaire à sa silhouette majestueuse. D’autre part, les piliers du chœur sont légèrement plus écartés que ceux de la nef, si bien que l’impression de rétrécissement de la perspective est ainsi évitée.

 

cathédraleBourges-016

 

cathédraleBourges-014

 

 

 

Lumineuse, cette cathédrale l’est aussi par ses vitraux dont elle possède une rare collection réalisée du XIIIe au XVIIe siècle. Dans le chœur et le déambulatoire, ces vitraux, datant de 1210 à 1220, ont été financés, chacun, par un corps de métier de la ville et c’est un jeu de retrouver le nom de ces corporations en admirant ces vitraux peints et non teintés dans la masse. Si la gamme des couleurs est peut-être limitée dominée par des bleus, rouges et verts, il n’en est pas moins réel que l’impression de « bain de lumière » persiste durant toute ma découverte de ce magnifique édifice.

 

 

 

 

 

cathédraleBourges-017

 

Maints détails seraient encore à citer, si bien que sa personnalité, ses particularités en font un exemple gothique unique en France et lui ont valu d’être inscrite au classement du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1992. Lors de ma visite, je n’ai pas eu le temps de gravir ses 396 marches qui mènent au sommet de la Tour Nord où elle offre une vue à 360° sur la ville et sur ses toits mais, je suis allée dans les marais l’admirer, de loin, comme le sujet central d’une enluminure intemporelle.

 

cathédraleBourges-001

 

LE MUSEE DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE

 

Situé face à la cathédrale, dans l’ancien palais archiépiscopal, ce musée unique en France met en valeur les savoir-faire, les métiers d’artisanat d’art ou métiers dits manuels et dont la main produit des créations qui ne cessent de m’émerveiller. C’est d’ailleurs la collection de meubles miniatures dites « La main et l’esprit » qui est à l’origine de la création de ce musée inauguré en juin 1995 sous le parrainage de Géraldine Chaplin.

 

MOF-003

 

MOF-005

Les collections sont présentées sur une superficie de 400m2 dans deux espaces distincts. A l’étage, dans une exposition permanente, la scénographie désuette mais charmante présente les œuvres et les documents concernant la création du mouvement des MOF (Meilleurs Ouvriers de France) avec force diplômes, médailles, charte etc. Ce titre fût créé en 1924 à une époque où l’on considérait déjà une pénurie de main d’œuvres au niveau de l’artisanat et donc une perte du savoir-faire. Juste après la guerre en 1918, l’idée d’une exposition réunissant tous les métiers dits « manuels », pour les présenter, vit le jour. Elle s’incarna fin octobre 1924 et 200 ouvriers et artisans de toute la France vinrent présenter leur savoir-faire. Devant le succès de l’entreprise, il fût décider de récompenser ces personnes et ainsi fût inventer le titre « Meilleur Ouvrier de France ». En cette première exposition, 144 personnes, dont 8 femmes, furent récompensées pour leur maîtrise de métiers allant de dentellièrs au forgeron. Plus tard, le cahier des charges fut créé et les principes des présentations et des nominations a donc lieu tous les trois ans depuis. On ne peut obtenir le titre qu’une seule fois par option.

 

MOF-007

 

Dans une certaine confusion, on pourrait faire un amalgame entre les Compagnons du Devoir et les Meilleurs Ouvriers de France. Pourtant leur dynamique est différente tout en se complétant, de mon point de vue. Les Compagnons sont les héritiers des mouvements du compagnonnage ayant travaillé sur les grands chantiers médiévaux. Leur parcours est initiatique, les références sont symboliques et sacrées. Les MOF s’inspirent plutôt des valeurs républicaines de laïcité, d’humanisme et de tolérance. L’existence de ces deux mouvements est, je trouve, nécessaire à notre société pour l’équilibre spirituel qu’ils apportent l’un comme l’autre au rapport que l’on entretient avec les métiers dits manuels.

 

MOF-006

 

Au rez-de-chaussée, les expositions sont temporaires et présentent des chefs d’œuvres dans différents savoir-faire en fonction de la thématique de l’exposition. Lors de mon passage, je suis restée en admiration devant une guitare en ébène, érable et koa et fascinée devant une roue électroacoustique réalisée en bois, nacre et or par Jacques Grandchamp en 2007. Si les mosaïques sont, certes, superbes, et les peintures en sérigraphie très belles, je suis tombée en arrêt devant une œuvre improbable et géniale de Sébastien Martinie MOF 2015 dans la section prothésiste dentaire. Son jeu d’échec réalisé avec des couronnes dentaires représentant roi, reine et pions divers contenu dans une mallette en bois mérite à lui seul que l’on vienne découvrir ce lieu exceptionnel.

 

MOF-004

 

Plus de 200 métiers sont donc présentés dans ce musée. Les créations au fil des années montrent aussi, et de façon très dynamique, que si certains métiers disparaissent, d’autres, immanquablement, évoluent et d’autres aussi… naissent. Ce qui est bel et bon… Les métiers de la main sont nécessaires à la société. Ils sont une des voies d’ancrage à la Terre, ils nous rappellent que nous sommes matière et devons œuvrer avec la matière pour le bien-être de tous et de chacun.

 

MOF-002

 

cathédraleBourges-007

 

 

MON CARNET DE NOTES

 

La cathédrale Saint-Etienne – Place Etienne Dolet – 18000 Bourges – Ouvert tous les jours de 9h30 à 11h30 et de 14h à 18h sauf le dimanche matin- FOCUS BOURGES LA CATHEDRALE SAINT-ETIENNE, un petit livret d’aide à la visite est en vente à l’office de tourisme de Bourges 21 rue Victor Hugo.

Le Musée des Meilleurs Ouvriers de France – Place Etienne Dolet 18000 Bourges www.ville-bourges.fr/site/musees Ouvert de 10h à 12h et de 14h à 18h. Fermé le dimanche matin et le lundi.

 

 

 

 

 

BourgesDivers-003

 

Pour se restaurer entre les visites deux adresses très agréables : La gargouille - bistro.resto -108 rue Bourbonnoux 18000 Bourges Tel 02 48 23 59 bistro.lagargouille@gmail.com ou Cake Thé 74 bis rue Bourbonnoux Passage des Remparts 18000 Bourges tel : 02 48 24 94 60 du mardi au samedi 12h-14h/15h30-19h et le dimanche de 15h à 19h.

Pour dormir à Bourges : Au Coeur de Bourges - M. et Mme Boudet - 10 rue de l'Hôtel Lallemant - 18000 Bourges. Tel : 02 48 24 64 10. Une très belle chambre d'hôtes dans un hôtel particulier. ou Au n°1. Blandine Voisin - 1 rue Albert Hervet - 18000 Bourges tel : 06 29 22 17 67

Ce reportage a été réalisé grâce à Tourisme & Territoires du Cher. www.tourisme-territoiresducher.fr et à Bourges Berry Tourisme 21 rue Victor Hugo 18000 Bourges. Tel : 02 48 23 02 60 www.bourgesberrytourisme.com contact@bourgesberrytourisme.com

 

15 novembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

Façade de la maison des Lombards - Carnet Metz - Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" du 19 octobre 2019 au 11 janvier 2020
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

42

11 novembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

Un thé au coin du feu - Carnet Le Cotentin - Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" du 19 octobre 2019 au 11 janvier 2020
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

5-Un thé au coin du feu002

09 novembre 2019

REPORTAGE : Le Musée Estève où l'Art rayonne, illumine...

muséeesteve-001

 

muséeesteve-002

L’Art est une nécessité vitale pour la plupart des artistes. C’est le cas pour le peintre Maurice Estève dont je vous propose de découvrir  le musée monographique sis à Bourges dans le très bel hôtel des Echevins en plein cœur de la ville. Ce remarquable bâtiment dont la silhouette gothique et le décor abondant séduisent immédiatement le regard comprend un corps de logis de la fin du XVe siècle avec une tourelle du XVIe siècle, le tout construit en prenant appui sur la muraille gallo-romaine. Initialement, cet ancien hôtel de ville est le premier lieu représentant la municipalité de Bourges. Les assemblées réunissant le maire et les échevins y ont lieu et l’on y conserve les archives municipales. Plus tard, au XVIIe siècle, l’architecte berruyer Jean Lejuge ajouta une galerie reliant la tourelle au corps de bâtiment et le conseil des Echevins fût transféré vers le palais Jacques Cœur. Après moults changements de propriétaires, l’hôtel devenant la propriété de la ville de Bourges en 1834 est utilisé comme petit lycée. Classé monument historique en 1886, il lui faudra, pourtant, attendre un siècle plus tard pour être enfin entièrement restauré afin de devenir un lieu exclusivement consacré à l’œuvre de Maurice Estève

 

muséeesteve-003

 

autoportrait Maurice Estève

 

 

Mais qui est Maurice Estève ? est la question qui me trotte dans la tête en arrivant pour visiter ce très beau musée qui m’accueille dès la cour de l’hôtel avec le Caliban, une sculpture de l’artiste Alexandre Calder. Maurice Estève est un peintre, graveur et dessinateur né le 2 mai 1904 à Culan dans le Cher et mort le 29 juin 2001 dans la même ville. Il est un peintre majeur du XXe siècle quoique majoritairement connu par les professionnels et bien moins par le quidam. Totalement autodidacte, sa production tout autant que son génie sont époustouflants.

 

 

 

muséeesteve-004

 

Le musée conserve la donation que Maurice Estève fit de son œuvre en 1985. Il protège 60 huiles sur toiles, 21 aquarelles, 35 dessins, 14 collages, 3 tapisseries, 82 lithographies et 7 albums de linogravures. Particulièrement bien scénographié, il permet une appréhension à la fois chronologique, didactique et rétrospective de l’œuvre de cet artiste. En parcourant les différentes salles réparties sur trois étages, je découvre, ainsi, à la fois la multiplicité de son talent et l’histoire de sa vie car le jeune Maurice commence à peindre dès l’enfance et formule très tôt le souhait de devenir artiste peintre ce que ses parents d’origine modeste (sa mère est couturière et son père cordonnier) refusent au point d’utiliser les dessins de l’enfant prodige pour allumer le feu du foyer familial…

 

paysanne Maurice Estève

chataigneraie Maurice Estève

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon cœur s’est serré à l’évocation de ces scènes… Je n’en admire que plus la ténacité avec laquelle le jeune Maurice a tracé sa route toute de sensibilité, de curiosité et d’audace. Dès la première pièce visitée, je constate que la découverte de son œuvre est un support à l’histoire de l’Art car il a exploré toutes les techniques. Toujours dans cette première pièce, une petite huile m’interpelle par la franchise de ses tons et la simplicité du trait qui n’est qu’illusoire puisque le jeune artiste sait déjà très bien ce qu’il cherche. Sur cette huile intitulée "Paysanne endormie aux rideaux verts", il a peint une femme au jupon bleu  en mémoire de ses grand parents chez qui il va grandir et qui lui permettront, quant à eux, de pratiquer la peinture librement.

 

les oubliés- Maurice Estève

 

Après la Première Guerre Mondiale, Maurice Estève retrouve ses parents en 1918 à Paris. Il entre comme apprenti chez un typographe puis dans un atelier de dessin de mobilier moderne et suit des cours du soir de dessin. Un an plus tard, il découvre la peinture de Paul Cézanne dont l’influence comptera pour beaucoup dans sa réflexion sur l’interprétation de son univers. Il développe aussi un véritable goût pour les grands maîtres comme Fouquet, Ucello et Poussin, subit un temps l’influence du surréalisme de Giorgio de Chirico et présente en 1930 sa première exposition personnelle.

 

muséeesteve-005

 

Ainsi se succède dans les différentes salles du musée, l’exposition du parcours, des recherches, des questionnements, des explorations de Maurice…

 

charmeur de serpents-Maurice Estève

oeuvre-Maurice Estève

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Buranlure

 

 

 

 

…et puis de ses succès, évidemment… Les œuvres pour lesquelles il est connu. Œuvres lumineuses et mystérieuses faites de transparences superposées particulièrement colorées dans une peinture en aplat et une simplification des formes.

Buranlure. copyright ADAGP

 

 

 

 

 

 

SkibetSkibet.copyright ADAGP

Pourtant, je trouve ses aquarelles absolument sublimes. Ses dessins sont le lieu de mélanges de médiums sans aucune censure personnelle lui permettant d’aboutir à ce qu’il veut, le trait de certains de ses fusains est d’une maturité superbe qui m’impressionne.

 

aquarelle-Maurice Estève

dessin-Maurice Estève

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le tard, il explore les collages qu’il aborde avec l’humour savoureuse que l’on retrouve parfois dans les titres de ses œuvres. D’ailleurs, pour lui, une œuvre est terminée lorsqu’elle est pourvue d’un encadrement que souvent il dessine et d’un titre.

 

muséeesteve-006

 

Il accède à la reconnaissance en 1940 vers la quarantaine, signe un contrat d’exclusivité avec la galerie Louis Carré et cesse donc de faire des petits boulots pour subsister. Il expose alors régulièrement à l’étranger et est remarqué par ses ainés : Braque, Matisse, Picasso… Il continue de travailler à Culan et décide de faire une donation de ses œuvres, notamment de peintures qu’il n’a jamais voulu vendre, à la ville de Bourges en 1985. Deux autres donations suivent et permettent de suivre son parcours artistique de 1918 à 1988.

 

muséeesteve-007

 

le peintre-Maurice Estève

 

 

 

En 1947, Maurice Estève a réalisé une série de toiles des Métiers essentiels à la vie.  C’est pour moi, peut-être le lieu, la place la plus importante de ce musée monographique. Car au milieu des différentes professions choisies souvent parmi les plus simples, celles d’ouvriers, j’y vois un autoportrait de l’artiste oeuvrant à son chevalet. Ainsi Esteve nous dit en substance : Si l’Art est vital pour l’artiste, l’artiste, le peintre est un métier vital pour la société à qui il apporte une nourriture spirituelle nécessaire par son œuvre réalisée…

 

 

 

 

 

Samsâra

 

CARNET DE NOTES

 

Musée Estève – 13 rue Branly – 18000 Bourges – Tel 02 48 24 75 38 ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h sauf le dimanche matin et le mardi toute la journée. https://www.ville-bourges.fr/site/musee-esteve

Selon la volonté de Maurice Estévès, un département éducatif au sein du musée reçoit chaque année de nombreux enfants et adolescents qui sont ainsi sensibilisés à l’Art.

Par ailleurs, le musée offre une accessibilité à 100% aux personnes en situation de handicap, toujours selon la volonté de l’artiste. La muséographie s’adapte donc au handicap auditif, visuel et mental.

Ce reportage a été réalisé grâce à Tourisme & Territoires du Cher. www.tourisme-territoiresducher.fr

 

Samsâra.copyright ADAGP

Posté par bdesmettre à 06:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 novembre 2019

Working Progress...

... à mon Rêvoir, chaque matin, comme la pratique des gammes, une discipline, un rituel nécessaire : travailler, chercher, dessiner, encore et encore pour la poésie à venir...

à mon Rêvoir-oct2019

Posté par bdesmettre à 06:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 novembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

Aiguière de Sarregemines aux Musées de la Cour d'Or- Carnet Metz- Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" du 19 octobre 2019 au 11 janvier 2020
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

39

05 novembre 2019

Exposition à Mortagne-au-Perche

Cabane du village ostréicole - Carnet Bassin d'Arcachon - Aquarelle, encre de chine et crayon

à retrouver dans ma nouvelle exposition "Aquarelles de voyage & d'intérieur" du 19 octobre 2019 au 11 janvier 2020
Tous les samedis de 10h à 13h et de 15h à 18h ou sur rdv en semaine :  06 79 65 18 36
chez "Un antiquaire & une photographe dans le Perche"
11 place de Gaulle (entrée devant la médiathèque)
61400 Mortagne-au-Perche

12